Dans leurs derniers efforts pour dissuader les voleurs de téléphones, le CTIA, association des technologies sans fils, et certains grands noms de l’industrie du mobile ont annoncé qu’ils participeraient au « Smartphone Anti-Theft Voluntary Commitment » (programme volontaire contre le vol de smartphones). De nouveaux modèles de smartphones commissionnés pour après juillet 2015 devraient offrir une fonction ,« kill switch », qui permettra d’effacer toutes les données et désactiver l’appareil à distance, le rendant complètement inutile et, espérons-le, moins attractif pour les voleurs.

Apple, Google, Samsung, Microsoft ainsi que les fournisseurs de services téléphoniques AT&T, Verizon, T-Mobile et Sprint participeront également à l’événement. Cette option sera offerte gratuitement aux consommateurs, et il leur sera également possible de revenir en arrière et de retrouver leurs données dans l’éventualité où ils récupèreraient leur mobile.

“Nous apprécions vraiment l’engagement démontré par ces compagnies afin de protéger les utilisateurs de smartphones contre le vol et la perte” a déclaré Steven Lagent, Président et PDG du CTIA. “En travaillant tous ensemble, politiques, forces de l’ordre, et consommateurs, nous pourrons dissuader toute tentative de vol tout en protégeant les informations personnelles sur nos smartphones.”

“Nous apprécions vraiment l’engagement démontré par ces compagnies afin de protéger les utilisateurs de smartphones contre le vol et la perte” a déclaré Steven Lagent, Président et PDG du CTIA. “En travaillant tous ensembles, politiques, forces de l’ordre, et consommateurs, nous pourrons dissuader toute tentative de vol tout en protégeant les informations personnelles sur nos smartphones.”

Comme son nom l’indique, le « Smartphone Anti-Theft Voluntary commitment » n’est pas obligatoire. Néanmoins le Sénat de Californie est allé plus loin en passant une loi rendant obligatoire pour tout smartphone vendu en Californie de posséder un « kill switch ». Cela donnera le choix aux acheteurs, et non aux fabricants de téléphones, de suivre ou non cette régulation. Apple s’était d’abord opposé à cette proposition de loi, mais a changé d’avis après que celle-ci ait été modifiée la semaine dernière, poussant la date d’implémentation des « kill switch » à juillet 2015, et excluant les tablettes du décret. Le projet de loi est maintenant en attente à l’assemblée de l’état de Californie.

Certains, notamment parmi le CTIA, ne sont pas en faveur de ce projet de loi, expliquant qu’une loi s’appliquant à la technologie dans un seul état risque de menacer l’uniformité, d’interférer avec l’innovation et pourrait au bout du compte porter préjudice au consommateur.

Un mandat fédéral serait-il la solution ?